Fête pour célébrer la lutte de 12 ans de Kader Belouani

kader

(English below)

Vous êtes invité-e-s …

FÊTE, MUSIQUE, ART POUR CÉLÉBRER LA SOLIDARITÉ ET LA LUTTE DE 12 ANS DE KADER BELAOUNI

https://www.facebook.com/events/377363445778949/

samedi le 21 mars 2015 à 18h
Carrefour d’éducation populaire de
Pointe-Saint-Charles – 2356, rue Centre (métro Charlevoix)

Le 5 février 2015, Abdelkader Belaouni a obtenu sa citoyenneté canadienne après 12 ans de lutte, dont presque quatre en sanctuaire dans une église à Montréal.

Le 3 janvier 2006, Abdelkader (Kader) Belaouni, avait déclaré : « Je ne me cache pas d’Immigration Canada, mais je veux leur dire clairement que je ne me présenterai pas pour ma déportation. J’ai été capable de trouver l’autonomie et la dignité ici à Montréal, et je ne veux pas perdre ça. Ma famille, c’est mes amis ici. Je suis ici pour me défendre; je suis ici pour défendre la justice. » Il faisait cette déclaration  alors qu’il s’était réfugié en sanctuaire à l’église St-Gabriel trois jours plus tôt.

Kader a passé près de quatre ans de sa vie confiné en sanctuaire à l’église St-Gabriel dans son quartier de Pointe-St-Charles avant d’obtenur la résidence permanente en 2009. Il obtient sa citoyenneté neuf ans après être entré à l’église où il s’était réfugié, 12 ans après être arrivé au Canada et 18 ans après avoir quitté l’Algérie. La lutte a été longue et ardue pour trouver une forme de stabilité, d’équité, de justice et de dignité.

Comme demandeur d’asile originaire d’un quartier populaire en Algérie et comme personne aveugle, Kader a du se battre contre des barrières liées à la fois à son statut de migrant et de personne vivant dans la pauvreté et avec une incapacité. La discrimination des politiques d’Immigration Canada et de la société canadienne sur la base de l’incapacité a été révélée au grand jour à travers l’attitude des multiples fonctionnaires qui, refusant de considérer la réalité de son incapacité, ont rejeté sa demande de résidence permanente à plusieurs reprises. De plus, le discours d’Immigration Canada et le portrait dominant la couverture médiatique au début de la campagne pour l’obtention de son statut était celui d’une personne qui représente un « poids pour la société ».

Depuis l’obtention de sa résidence permanente, Kader travaille au Centre des Travailleurs et Travailleuses Immigrants dans le quartier de Côte-des-Neiges, où il apporte son expérience vécue et participe à la lutte pour la justice pour les travailleurs migrants. Il est également bénévole au YMCA de son quartier à Pointe-St-Charles. Sa détermination et sa résilience malgré les multiples discriminations subies sont un pied de nez à la rhétorique qui a été utilisée contre lui et beaucoup d’autres.

Au moment où Kader et ses ami-e-s et supporteurs célèbrent cette victoire, le gouvernement canadien multiplie les déportations, les détentions, l’exploitation et la discrimination envers les personnes migrantes.

« En 2013, il y avait une moyenne de 52 déportations par jour, et nous assistons à une explosion du nombre de personnes sans statut forcées à vivre dans des situations d’extrême vulnérabilité », a dit Freda Guttman, une amie de Kader et membre du Comité de Soutien pour Abdelkader Belaouni.

La récente Loi visant à protéger le système d’immigration du Canada (plus justement appelée « Loi pour l’exclusion des réfugiés ») a établi un système à deux vitesses fondamentalement discriminatoire, niant des droits et protections essentiels à certains réfugiés seulement sur la base de leur nationalité. Certains demandeurs d’asile sont maintenant mis sous la désignation « arrivées irrégulières » et sont soumis à l’arrestation et la détention obligatoires.

Au fil des années, la campagne de soutien à Kader a reçu de forts appuis de centaines d’individus et d’organisations, notamment des syndicats, des groupes religieux, des organismes pour la défense des personnes vivant avec une incapacité, des associations étudiantes, des collectifs féministes et pour la justice envers les migrants et des organismes communautaires. Ce soutien s’est étendu de son quartier de Pointe-St-Charles au reste du pays et internationalement.

Obtenir sa citoyenneté canadienne marque une victoire importante pas seulement pour Kader et celles et ceux qui luttent pour un statut et contre le capacitisme, mais aussi pour le mouvement pour la justice envers les personnes migrantes, un mouvement qui s’attaque à des politiques migratoires et de contrôle des frontières violentes, et dont la vision est celle d’un monde sans frontières, où toutes et tous peuvent vivre librement et dans la dignité.

****

You’re invited …

FEAST, MUSIC, ART IN CELEBRATION OF SOLIDARITY AND ABDELKADER BELAOUNI’S 12-YEAR STRUGGLE

https://www.facebook.com/events/377363445778949/

Saturday, 21 March 2015 at 6pm
Point St. Charles (location tba)

On February 5th, 2015, Abdelkader (Kader) Belaouni obtained his Canadian citizenship after a 12-year struggle, including almost four years in church sanctuary.

On January 3, 2006, nine years earlier, Kader made a statement from St. Gabriel’s church, where he had taken sanctuary three days earlier, “I’m not hiding from Immigration Canada, but I want to tell them clearly, I will not be presenting myself for deportation. I’ve been able to achieve autonomy and dignity in Montreal, and I don’t want to lose that. My family are my friends here. I am here to defend myself; I am here to defend justice.”

Kader spent the next four years of his life confined to St. Gabriel’s church before obtaining permanent residency in 2009. His citizenship comes nine years after he first entered the church, twelve years after arriving in Canada, and eighteen years after leaving Algeria. It has been a long and difficult struggle for stability, equality, justice, and dignity.

As a blind refugee claimant from a working class background in Algeria, Kader struggled against the barriers he faced as a migrant, as someone living in poverty, and as a person living with a disability. The ableism of Canada’s immigration policies and of Canadian society was made clear through the repeated portrayal of Kader as a « burden to society » in early media coverage and through the abject refusal of various bureaucrats to take into account the reality of his disability in their decisions on his file.

Since obtaining permanent residency, Kader has been working at the Immigrant Workers Center in Côte-des-Neiges, contributing his valuable experience to the fight for justice for migrant workers. He also volunteers at the YMCA in his neighborhood of Pointe-St-Charles. His steadfast determination and resilience in the face of layers of discrimination is a direct challenge to the ableist rhetoric that has been used against him and so many others.

While Kader and his many friends and supporters celebrate this victory, the Canadian government continues to operate Canada’s deportation, detention, exploitation, and discrimination machine.

In 2013, there was an average of 52 deportations every day, and we are seeing more and more non-status people forced into highly exploitable and vulnerable situations.

The recent Protecting Canada’s Immigration System Act (more aptly dubbed the « Refugee Exclusion Act ») has established a discriminatory two-tier asylum system, denying crucial rights and protections for certain refugees based solely on their nationality. Some refugees now designated as “irregular arrivals” are also subject to mandatory arrest and detention.

Over the years, Kader’s campaign for status received strong and inspirational support from hundreds of individuals and organizations, including unions, religious groups, disability rights groups, student associations, feminist organizations, migrant justice collectives and community groups. This support stretched from Kader’s neighbourhood of Pointe St-Charles to the rest of the country, and internationally.

Securing Canadian citizenship marks a significant victory not only for Kader and his supporters, but for others struggling against ableism and for status in Canada. It is a victory for the movement for migrant justice – a movement that confronts violent immigration and border policies and seeks a world without borders where all people can move freely and live with dignity.

——
le Comité de Soutien pour Abdelkader Belaouni
Support Committee for Abdelkader Belaouni

Pour plus d’info:
solidaritesansfrontieres@gmail.com
www.solidarityacrossborders.org
fb/CiteSansFrontieres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *