Le Bâtiment 7 de nouveau menacé: le CHAT s’en mêle


Depuis son ouverture au public en mai 2018, la communauté émergente du Bâtiment 7 (17 collectifs et une centaine de membres) est engagée à faire vivre un « territoire libéré » dans l’esprit du Bien Commun. Dans cette longue bataille pour apprivoiser la récupération d’un territoire en créant un espace d’appropriation communautaire, autonome et en résistance, bref, une voie vers la sortie du capitalisme, le B7 ne peut pas ignorer les dimensions conflictuelles qui l’entourent et qui à l’occasion l’assaillent.

Ainsi, le Cercle général du Bâtiment 7 (assemblée générale des membres du B7) a mandaté le collectif 7 ÀNOUS sur la base d’une proposition pour négocier un compromis avec la Fonderie Darling/Quartier Éphémère, une association culturelle. Cette dernière refuse de négocier et menace le B7 de poursuites judiciaires.

Face à ce constat, le CHAT a décidé de s’en mêler.

Contexte du litige

Les impacts de la subjectivité capitaliste dans le corps social sont une réalité quotidienne partout. Le projet Bâtiment 7 n’en est pas exempt. Au contraire, par sa volonté de construire hors des normes et de la logique capitaliste, le B7 est d’autant plus susceptible d’en recevoir des contrecoups.
Rappelons que c’est la convergence vers un but commun qui a permis à la coalition large du 7 ÀNOUS de récupérer le Bâtiment 7 pour la communauté. En 2009, les points de divergences ne faisaient pas le poids face à l’immense volonté commune de sauver le bâtiment 7. Une fois l’objectif atteint en 2012 une partie des divergences ont continué à être gérées de manières ouvertes (divergences d’intérêts et d’orientation mises en débat) entre les groupes appartenant au mouvement social local et des réseaux libertaires locaux et c’est toujours le cas en 2019.

Une exception de taille dans ce concert : l’association culturelle Fonderie Darling/Quartier Éphémère.

Petite histoire de la présence de Fonderie Darling/Quartier Éphémère dans le Bâtiment 7
La Fonderie Darling/Quartier Éphémère, par l’entremise de sa directrice, a été en 2009 l’un des membres fondateurs du Collectif 7 à Nous qui a réussi à obtenir le Bâtiment 7 à la suite d’une lutte populaire. À l’époque, c’est la Fonderie Darling/Quartier Éphémère qui fut mandatée dès le départ par le Collectif 7 ÀNOUS pour négocier la cession du Bâtiment 7 avec le propriétaire. Deux motifs stratégiques :
1. Fonderie Darling/Quartier Éphémère avait déjà une charte
2. Groupe Mach refusait de parler avec les autres militantEs du 7 ÀNOUS (communautaire et libertaire) qui le pressurisait depuis 2006.

En octobre 2012, c’est donc le nom de Quartier Éphémère qui se trouvait sur l’entente de cession du B7 lorsqu’elle fut adoptée à l’Hôtel de Ville de Montréal. Quartier Éphémère/Fonderie Darling s’engageant à transférer le bâtiment au 7 ÀNOUS.

Toutefois, Fonderie Darling/Quartier éphémère a quitté le collectif 7 ÀNOUS sans explication en 2013. Utilisant sa position de force, étant désormais le seul récipiendaire du Bâtiment 7 sur les papiers officiels, Fonderie Darling/Quartier Éphémère a exigé des concessions majeures au 7 ÀNOUS avant de lui transférer officiellement le Bâtiment 7.

C’est à ce moment-là que le 7 ÀNOUS a compris les raisons pour lesquelles Fonderie Darling/Quartier Éphémère avait quitté le collectif 7 ÀNOUS. En somme, Fonderie Darling/Quartier Éphémère ne partageait pas la déclaration commune qu’il avait signé avec tous les autres, déclaration qui tablait sur la réalisation d’un projet collectif autour d’une propriété unique.

Visiblement désavantagé en termes de rapport de force à ce moment-là (2014), le 7 ÀNOUS s’est résigné « temporairement » afin de mettre en œuvre ses projets issus des luttes antérieures.

Au centre de ce litige :
• Le droit de propriété privée en opposition à la propriété « privée » mais collective,
• et conséquemment se donner les marges de manœuvre pour imposer un projet culturel, Le RAIL, favorisant l’embourgeoisement au cœur de la nouvelle communauté du B7.

Que faire ?
Dans un tract diffusé, le CHAT affirme les 2 choses suivantes :
• Le CHAT croit que le B7 et le quartier sont en situation de légitime défense du projet Bâtiment 7,
• Le CHAT croit que les membres et les sympathisantEs du B7 doivent se mobiliser dans des actions pour les empêcher de venir au Bâtiment 7.

1 commentaires

  1. Lyne Dextras dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre travail dans Pointe-Saint-Charles. Comment faire pour devenir membre du Cercle général de bâtiment 7 ? Et comment être au courant des résolutions et des actions à venir ? merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *