Lac-Mégantic: Un an, pas de solution

Le 6 juillet 2013, Lac-Mégantic perdait presque 1% de sa population dans un accident ferroviaire qui dévastait environ 10% de son territoire. Un an plus tard, qu’a-t-on fait pour éviter qu’un tel drame se reproduise à nouveau? Très peu de choses, en fait.

 

megantic01

 

À cette époque, j’écrivais un constat effrayant; sans changement majeur, un accident comme celui de Lac-Mégantic nous pend constamment au-dessus de la tête comme une épée de Damoclès. Or, les réactions à l’accident ont été superficielles, molles, voire de la simple poudre aux yeux. De plus, l’écrasante majorité des wagons-citernes circulant en Amérique du Nord ne répondent pas aux normes de sécurité, mais roulent toujours sur nos voies, littéralement au-dessus de nos têtes.

 

Train Hibernia

 

Alors qu’en 2009, seulement 500 wagons avaient transporté du pétrole brut, on en prévoit 510 000 en 2016. Et le pétrole n’est pas la seule matière transportée en cause. L’article que je cite soutient en effet que ces citernes tout usage transportent aussi des matières « inoffensives », citant en exemple la mélasse. En effet, la mélasse semble inoffensive et est en tout cas objectivement beaucoup moins dangereuse que le pétrole. Mais je rappelle que le 15 janvier 1919, une grande inondation de mélasse a tué 21 personnes et en a blessé 150 autres à Boston, aux États-Unis. Quand on parle de quantités industrielles, même les choses les plus inoffensives peuvent devenir mortelles.

 

megantic03

 

Les victimes s’accumulent, mais la société ne change pas. Elle ne change pas parce qu’on ne la change pas. Si on veut qu’elle change, il faut agir, et le temps presse.

 

megantic00

 

Par Pascal Lebrun
Pour l’Agence de presse libre de Pointe-Saint-Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *